Le Cambodge : Histoire heureuse, glorieuse puis dramatique

Les casques bleus français au CambodgeLes casques bleus français au Cambodge dans le cadre de l'ASPRONUC

Avant de visiter un Pays, il est essentiel d’en connaitre son histoire, nous retraçons pour vous les détails de l’histoire du royaume khmer, quelques repères intéressants qui vous permettront, sans doute, de mieux cerner la dimension du Cambodge actuel.

 

La naissance du Cambodge

Le Cambodge, selon de nombreuses sources, est né aux alentours du VIème Siècle. Brhavavarman (quatrième roi des khmers), monte sur le trône vers l’an 550. L’histoire du royaume, depuis, peut être divisée en 5 périodes essentielles.

 

Carte empire khmer - 1399

Carte empire khmer – 1399

 

Empire khmer

Empire khmer

L’accroissement – L’expansion (VI-XVIème siècle)

Très admiré par d’anciens voyageurs chinois, hindous et arabes pour ses magnifiques monuments, ses trésors de pierries et d’objets sculptés dans l’ivoire ou encore le cristal, mais aussi pour ses danseurs célestes : les apsaras, évoluant sous les porches ombrages de la cite royale, l’empire khmer connait l’apogée de sa puissance vers la moitié du XIIIème siècle.

 

L’empire khmer s’étend, à ce moment-la, sur une très grande partie du Siam, au Sud du Laos, vers les royaumes du Champa (centre du Vietnam) et de la cochinchine.

Au XIIeme siecle, sous le règne de Javaryaman VII, les architectes et bâtisseurs Khmers conçoivent alors et édifient Angkor.


L’affaiblissement – La décadence

Continuellement déchiré par les conflits fratricides entre héritiers du trône, le pays est en proie à de nombreuses invasions étrangères du Siam. Le Cambodge connait alors un déchirement de sa situation : un territoire arraché en morceaux, une population décimée, ses villes saccagées puis envahies par la végétation.

Ce n’est qu’en 1863, que le roi Norodom mit fin à ce naufrage, mettant son pays sous protection de la France.

 

Hôtel de ville Phnom Penh - 1930

Hôtel de ville Phnom Penh – 1930

 

La colonisation française (1863 – 1954)

Les différents conflits ne prendront fin que pendant le protectorat français, les nombreux territoires occupés par le Siam (Stung-Treng, Mlou-Prei, Battambang, Sisophon, Siem Reap..), sont alors restitués en totalité aux Cambodgiens.

La France, après avoir arrêté le déclin de l’empire khmer, met alors en œuvre un programme de reconstruction du pays. Après la deuxième guerre mondiale, sous l’effet de la montée en puissance du nationalisme au Cambodge et de la défaite de la France en Indochine, l’indépendance du Cambodge est officiellement proclamée en 1954.

 

général Lon Nol

Le Général Lon Nol lors d’une conférence de presse à Saïgon – Janvier 1971

Le désordre général – Le chaos (1954 – 1990)

Après son indépendance, le Cambodge vit une période particulièrement heureuse sous la direction du roi Sihanouk. Phnom Penh est considérée comme la Perle de l’Extrême-Orient.

En 1970, Le coup d’Etat réalisé par le général Lon Nol, (allié des Américains), ouvre une ère quelque peu chaotique.

 

 

Le peuple cambodgien, suite à la corruption du régime du général Lon Nol, connait le plus grand drame de son histoire : le régime des khmers rouges. Le génocide organisé par ce gouvernement maoïste (communisme développé au xxe siècle par Mao Zedong, chef du Parti communiste chinois), très hostile aux citadins, aux intellectuels, aux minorités ethniques et aux Vietnamiens, provoque près de trois millions de morts en moins de quatre ans et met par conséquent le pays à genoux, créant un traumatisme sans précédent au sein de l’ensemble de la population cambodgienne.

 

Le retour à la stabilisation

C’est en 1979 que l’arrivée des troupes vietnamiennes au Cambodge permet de stopper le génocide et de stabiliser le pays.

11 ans plus tard, les troupes vietnamiennes se retirent du Cambodge, sous l’égide de l’APRONUC, le royaume passe alors et enfin à une nouvelle période de paix, de reconstruction et de démocratisation. Avec 1200 hommes, la force française est la plus importante composante de l’APRONUC sur les dix-neuf pays signataires des accords de Paris.

« Qui proteste est un ennemi, qui s’oppose est un cadavre » signait Pol Pot. Passé glorieux avec Angkor et moins glorieux avec les horreurs de la période des sanguinaires Khmers rouges, le Cambodge d’aujourd’hui ne ressemble en rien à celui de ce tortionnaire et de ses Khmers rouges.

Désormais, Le Cambodge est un pays paisible qui vit principalement du tourisme avec plus de 5 millions de touristes étrangers par an.

Touristes Angkor Wat

Touristes Angkor Wat

 

Rejoins moi

Cédric

Responsable chez cambodge.eu
Expatrié au Cambodge depuis 8 ans et passionné par ce merveilleux pays, je propose aux lecteurs, par le biais de différents articles, les dernières actualités du royaume, mais aussi des avis et critiques sur les Restaurants et Hôtels du royaume.
Rejoins moi

Soyez le premier à commenter Sur "Le Cambodge : Histoire heureuse, glorieuse puis dramatique"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée


*